Liège : 8 km d'autoroute transformés en dépotoir


Par Christophe L., le 09/09/2021 à 14h00

AFP - KILIAN FICHOU
À Liège, 8 km d’autoroute ont été transformés en un géant dépotoir pour accueillir les 9 milles tonnes de déchets provenant des crues meurtrières du mois de juillet 2021. Le coût du projet de leur traitement qui durera 9 mois est estimé, d’après Céline Tellier, la ministre de l’Environnement, à 30 millions d’euros.

Ce sont des vêtements, du papier, des jouets d’enfants, des matelas, des réfrigérateurs, des meubles… le tout formant un gros tas d’ordures qui rappelle ces inondations qui ont touché la Belgique et qui ont même fait, selon les chiffres officiels, 38 morts à la mi-juillet. Ces déchets avaient été ramassés dans les rues, le long des cours d’eau et autres lieux infestés après le passage des eaux.


Un projet mené avec délicatesse


Il aura fallu, en tout 6 semaines aux camions bennes pour arriver à bout de cette collecte. Pourtant, il ne s’agit là que de la moitié des déchets ayant été produits par cette inondation. À en croire les autorités de la Wallonie, les inondations ont occasionné 160 000 tonnes de déchets.


Selon des commentaires, faites à l’Agence France Presse (AFP) par Luc Joine, le Directeur Général d’Intradel, l’une des plus grandes entreprises de traitement des déchets à Liège, il a fallu créer, de prime abord par commune touchée, un point de rassemblement des déchets. C’est après ceci que tous les déchets ont été convoyés vers Herstal où est visé leur traitement. Luc Joine précisera également dans une interview que 60 % des déchets seront recyclés et le reste traité par une incinération ou encore un enfouissement. Le traitement des déchets de cette ampleur devrait prendre environ 9 mois.


Les autorités rassurent


Les autorités locales de cette région de la Belgique ont affirmé que toutes les dispositions environnementales ont été prises pour la gestion de ce projet. D’ailleurs, le choix d’une autoroute a été largement défendu. « Les déchets étant potentiellement contaminés par les hydrocarbures, il fallait trouver un site permettant d’éviter une pollution des sols », a considéré Luc Joine avant de renchérir que « … cette autoroute asphaltée permet de récolter les eaux quand il pleut ». 



Commentaires

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.


Soyez le premier à en laisser un !


Laisser un commentaire


Suggestions de la rédac'

Le coronavirus aussi une MST ?


Publié le 31/05/2020 à 17h15

Bientôt du tourisme spatial ?


Publié le 01/06/2020 à 23h54

La prudence reste de mise face au coronavirus


Publié le 06/01/2021 à 17h40

Les réseaux sociaux font taire Donald Trump


Publié le 07/01/2021 à 22h15

Sidaction 2021 : La campagne démarre


Publié le 26/03/2021 à 23h00

Bruxelles : Le musée du Chat s’ouvrira-t-il ?


Publié le 06/05/2021 à 15h55

Un humain attaqué par un drone autonome


Publié le 12/06/2021 à 21h30

Éruption du volcan Merapi en Indonésie


Publié le 17/08/2021 à 18h00

Newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter en entrant votre adresse e-mail ci-dessous.


Publicité

Fermer
Laisser un commentaire

Tous les champs sont requis.









Fermer
Alertez-nous










Fermer
Recherchez un article