Les poils tueurs des chenilles processionnaires


Par Samantha D., le 23/03/2021 à 21h30

Pixabay
Le mois de mars apporte son lot de consolation avec l’arrivée du printemps. Les jours s’allongent, le soleil se veut plus présent et les bourgeons éclosent. Toutefois, méfiez-vous ! Les chenilles processionnaires présentent notamment le troisième mois de l’année peuvent être extrêmement dangereuses.

La chenille processionnaire du pin est une larve d’un papillon de nuit. Après l’éclosion, les chenilles muent trois fois pendant l’hiver avant d’être prêtes à arpenter les arbres du Sud de la France. Mais pourquoi sont-elles si dangereuses alors ?


Recouverte de poils, leur pouvoir urticant provient d’une fine poussière qui se détache de plaques situées sur le dos et la partie postérieure de la chenille. Ces fameux poils, dispersés par le vent ou bien par l’homme lors de la tonte de la pelouse par exemple, provoquent des irritations chez les humains et les animaux. La substance appelée thaumétopoéïne se libère du poil et inflige de terribles démangeaisons.


En contact avec la peau d’un homme, une éruption sévère apparaît sous environ huit heures. Si cette substance entre en contact avec les yeux, sous une à quatre heures, vous attraperez une conjonctivite. Si vous venez à l’inhaler et à l’ingérer, vous serez pris d’éternuements, de maux de gorge et cela peut aller jusqu’à des problèmes respiratoires et des vomissements.


Pour nos amis à quatre pattes, le constat est encore plus nocif. Si votre chien ou votre chat vient à lécher les poils d’une chenille processionnaire, ils vont d’abord couiner de douleur avant que la langue ne gonfle et ne devienne violette. Si des soins vétérinaires ne sont pas administrés en urgence, une nécrose peut se produire et un morceau de cet organe peut tomber.


Alors le printemps, c’est une belle saison signe de renaissance, mais restez vigilants !



Commentaires

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.


Soyez le premier à en laisser un !


Laisser un commentaire


Newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter en entrant votre adresse e-mail ci-dessous.


Publicité

Fermer
Laisser un commentaire

Tous les champs sont requis.









Fermer
Alertez-nous










Fermer
Recherchez un article