Ces chats si mignons qui cachent une grande souffrance


Par Richard C., le 08/03/2021 à 17h45

Image par xiruwin de Pixabay
En Belgique, des experts en animaux domestiques préconisent de stopper la reproduction des chats hypertypes.

Certaines races de chat sont devenues très à la mode pour une caractéristique qui les distingue des autres races : Le Sphynx et de Devon Rex qui n’ont pas de poils, ni de moustache, le Scottish Fold dont les oreilles restent pliées vers l’avant, le Munchkin qui a des pattes très courtes, et d’autres espèces dont le museau semble écrasé ou qui n’ont pas de queue.


Certes, ces chats sont « mignons », « craquants », mais leurs caractéristiques ne leur posent-elles pas de graves ennuis de santé ? C’est une interrogation que soumet un rapport publié en Belgique par le conseil wallon du bien-être animal. Ces caractéristiques auraient pour origine une malformation héréditaire.


Les oreilles pliées vers l’avant seraient synonymes de lésions du cartilage, ce qui provoquerait ensuite de terribles douleurs. Les pattes courtes et l’absence de queue seraient également des malformations génétiques, tout comme le museau écrasé qui provoquerait entre autres des difficultés respiratoires. Les chats nus auraient quant à eux des difficultés à se mouvoir, notamment à cause de l’absence de moustaches dont le repérage dans l’espace est la fonction première.


En Belgique, le conseil wallon du bien-être animal préconise ainsi d’interdire la reproduction de ces chats, nommés hypertypes, ceux qui présentent des particularités physiques qui engendrent en fait des souffrances. En France, l’AFVAC, association française des vétérinaires d’animaux domestiques alerte également sur le fait que derrière le caractère « mignon » de ces animaux se cache une grande souffrance. Il est donc important de ne pas reproduire cette souffrance sur plusieurs générations.



Commentaires

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.


Soyez le premier à en laisser un !


Laisser un commentaire


Newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter en entrant votre adresse e-mail ci-dessous.


Publicité

Fermer
Laisser un commentaire

Tous les champs sont requis.









Fermer
Alertez-nous










Fermer
Recherchez un article