Botswana : mauvaises saisons pour les éléphants


Par Christophe L., le 20/05/2021 à 23h30

7 éléphants marchant à côté d'un plan d'eau pendant la journée/Pixabay
Le même phénomène s'était, déjà produit l'année dernière décimant plusieurs centaines de pachydermes. Cette année, plusieurs autres dizaines sont, également morts. Panique !

Cette année, entre janvier et mars 2021, 39 éléphants sont morts dans la réserve de Moreni. Les raisons de cette mort massive des pachydermes ne sont pas encore déterminées. Pourtant, l’année dernière, plusieurs autres centaines d’éléphants avaient péri dans une zone située à environs 100 km de la région où le désastre actuel a eu lieu. Étrange !


À la survenance du drame l’année dernière, les experts avaient expliqué le phénomène par le fait d’une cyanobactérie. Celle-ci à la suite du réchauffement climatique se serait développée dans le cours d’eau qui sert de breuvage aux troupeaux d’éléphants. Il s’agit jusque-là de la seule explication officielle fournie sur la situation.


Les autorités de ce pays africain ne s’accordent, tout de même pas sur les raisons avec lesquelles, on doit expliquer les évènements de cette année. C’est le ministre de l’Environnement, de la Conservation des ressources naturelles et du Tourisme qui s’est fait parolier de l’État sur le sujet. Il estime que les désastres de l’an dernier et ceux de ce début d’année sont causés par les mêmes cyanobactéries.


Parallèlement, le Département de la faune et des parcs nationaux du Bostwana ont, plutôt estimé qu’une « infection bactérienne » était exclue pour expliquer la situation. Ce qui est certain, les analyses se poursuivent et devraient permettre d’établir une explication unique sur cette tragédie. De plus,  cette infection viserait uniquement les pachydermes.


À dire vrai, il s’agit d’un drame inquiétant quand on sait, déjà que l’espèce se trouve sur la liste rouge de l’UICN. Et pour cause, ils ne sont plus que 134 425 individus  à subsister  encore dont 37 480 sont en voie d’extinction. Les raisons qui expliquent cette situation sont multiples. Elles vont de la chasse à l’ivoire à la déforestation. Or, selon Bruno Oberle, Directeur Général de l’UICN, « les éléphants jouent un rôle clé dans les écosystèmes et les économies, mais aussi dans notre imaginaire collectif, partout dans le monde ». C’est pourquoi il a plaidé pour l’urgence de mettre fin au braconnage et travailler à conserver suffisamment d’habitats pour ces pachydermes. 



Commentaires

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.


Soyez le premier à en laisser un !


Laisser un commentaire


Newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter en entrant votre adresse e-mail ci-dessous.


Publicité

Fermer
Laisser un commentaire

Tous les champs sont requis.









Fermer
Alertez-nous










Fermer
Recherchez un article